Congrès
Sonia (Sete)
 - 
Nouveauté

Colloque 2020 : en webinaires !

Du 5 au 9 octobre 2020

Dans le contexte sanitaire actuel, la SETE, le Département des Sciences de la Santé Publique de Liège, le
LEPS UR 3412-Université Sorbonne Paris Nord, le Centre d’Education du Patient et la Faculté de Santé publique
de l’Université catholique de Louvain
vous préparent un rendez-vous innovant sous forme de webinaires en accès libre début octobre !

Du 5 au 9 octobre 2020, rendez-vous en format webinaire pour des moments d’échanges durant lesquels des experts et chercheurs vont croiser leurs regards et leurs expériences à partir de l’état actuel du développement de l’ETP en Belgique et de nouveaux apports en matière de recherche.

Lancement des rendez-vous de la SETE !
Nous vous annoncions il y a peu de temps la tenue d’un colloque le 9 octobre 2020 à Liège sur la thématique de l’éducation thérapeutique, organisé sous l’égide de la société savante d’éducation thérapeutique européenne.
PLACES LIMITÉES

Compte tenu du contexte sanitaire, le comité organisateur a souhaité revoir le format de cet événement. Nous avons choisi de réorienter ce colloque sous forme de rencontres de type conférence-débat planifiées sur une semaine. Chaque conférence-débat abordera un sujet d’actualité en matière d’éducation thérapeutique du patient. Vous trouverez le programme ci-après. Chaque conférence-débat sera organisée comme suit :
- l’intervention de deux conférenciers exposant chacun pendant une vingtaine/trentaine de minutes le résultat de travaux récents sur la thématique ;
- un débat animé par un modérateur autour des perspectives pratiques, cliniques et de recherche liées aux thématiques.

Cette première inaugure pour la SETE "les rendez-vous de la SETE » qui permettront de faire le point sur l’actualité de l’ETP.

Les conférences-débats auront une durée approximative d’1h30. Les inscriptions pour ces rencontres sont dès à présent ouvertes sur le site de la SETE à l’adresse suivante : https://www.socsete.org/colloque-2020-a-liege. Les inscriptions sont obligatoires mais gratuites.

PROGRAMME :
5 octobre, 12h00-14h00
Education thérapeutique et littératie en santé
Modérateur : Helen Mosnier-Pudar

Quels rapports entre les éducations en santé et la littératie en santé ?
Aurore Margat Laboratoire en Éducations et Pratiques en Santé UR 3412, Université Sorbonne Paris Nord
L’éducation thérapeutique du patient : une opportunité pour répondre aux besoins en littératie en santé des patients illettrés. Proposition d’un modèle d’intervention pédagogique.

Les facteurs contribuant à l’efficacité de l’éducation à l’autogestion des maladies chroniques
Stephan Van Den Broucke, Faculté de Psychologie et des Sciences de l’Éducation, Université Catholique de Louvain
Au-delà de fournir des informations : La contribution de la littératie en santé, la fidélité de l’implémentation et les caractéristiques des services de santé à l’efficacité de l’éducation à l’autogestion des maladies chroniques.

6 octobre, 12h00-14h00
Simulation et éducation thérapeutique
Modérateur : Ghislaine Hochberg

Simulation et sécurité des soins
Alexandre Ghuysen, Département des Sciences de la Santé publique, Université de Liège
La simulation en santé trouve ses fondements dans les rapports d’incidents cliniques qui, pour une grande majorité, sont évitables. La simulation est aujourd’hui reconnue comme une méthode éducative permettant aux professionnels de santé de ne jamais réaliser leur première experience sur des patients ("Never the first time on a patient"). Alors que la philosophie actuelle des soins privilégie une approche centrée sur le patient, il est légitime de questionner la part des événements évitables associés à des questions ou à des thématiques de communication, littératie en santé ou d’éducation du patient. La communication présentera un tableau des événements évitables associés aux thématiques présentées ci-avant et proposera des applications pratiques mobilisant la simulation au service de la préparation des professionnels de santé voire des patients.

La simulation auprès des patients en ETP
Christelle Penneçot, Laboratoire en Éducations et Pratiques en Santé, Université Sorbonne Paris Nord
Ce thème n’ayant pas été l’objet de recherche auprès des patients, nous avons commencé par émettre des recommandations d’experts sur sa pratique. Une méthode de consensus a permis d’établir 26 recommandations sur l’utilisation de la simulation auprès des patients en ETP (S-ETP). Puis nous avons testé la faisabilité de la S-ETP et evalué son acceptabilité. Nous vous présenterons le cheminement et les résultats de cet essai.

7 ocotbre, 12h-14h
Covid19 et éducation thérapeutique
Modérateurs : Jean David Cohen, Renaud Louis

Quelles pratiques de l’ETP durant le confinement ?
Pascale Lafitte, Coordinatrice d’éducation thérapeutique, Hôpital Le Montaigu, Région Occitanie
Une enquête menée auprès des coordonnateurs de programmes ETP en France métropolitaine et départements d’outre-mer pendant le confinement lié à la crise sanitaire. Cette enquête se propose de décrire les adaptations des programmes d’ETP survenues pendant cette période, et de préciser l’offre d’éducation concernant la COVID-19. Enfin, elle interroge la pertinence de la notion de programme d’ETP au regard des adaptations constatées, en particulier celles liées aux techniques numériques.

L’ETP à l’épreuve de la crise : quelles transformations ?
Pierre-Yves Traynard, Coordinateur du Pôle de ressources en ETP, Région Île de France
Les contraintes de la crise de la Covid nous ont obligés à changer et en quelques jours nos modes de vie et habitudes quotidiennes ainsi que nos pratiques professionnelles. Le Pôle de Ressources – Île de France – en Education Thérapeutique du Patient a observé l’émergence d’innovations dans l’organisation du travail tant du côté des professionnels que des associations de patients : le renforcement des partenariats professionnels-patients ; l’usage du numérique pour favoriser les pratiques coopératives ; l’accessibilité des personnes aux solutions les plus adaptées à leurs besoins, combinant des temps présentiels et d’autres à distance ; la prise en compte des inégalités sociales et de la littératie en santé… Quels en sont les enseignements ? Que retiendra-t-on ?

8 octobre, 12h00-14h00
Approche patient partenaire et ETP
Modérateur : Eric Bertin

Niveaux et logiques de l’approche patients-partenaires en ETP
Olivia Gross, Laboratoire en Éducations et Pratiques en Santé UR 3412, Université Sorbonne Paris Nord
L’approche patient-partenaire se développe en ETP. Pour autant, nombreuses questions se posent encore à ceux qui veulent l’implanter qui concernent essentiellement les modalités pour la faire fonctionner. Les échelles de la participation (Arnstein, 1969 ; Carman et al. 2013 ; Pomey et al., 2015) peuvent aider à résoudre certaines questions mais elles en soulèvent d’autres. Cette communication propose de guider l’approche patient-partenaire en fonction de quatre logiques (consumériste, utilitariste, épistémique, démocratique) à articuler avec l’engagement des patients dans l’éducation thérapeutique.

L’éducation thérapeutique est-elle un bon moyen pour développer le partenariat patients/professionnels de santé ?
Philip Böhme, Réseau régional LORDIAMN, Nancy
"Les réflexions et les travaux sur l’engagement ou la participation du patient, puis sur le partenariat, ouvrent de nouvelles perspectives qui pourraient en quelque sorte « revitaliser » l’ETP en dépassant sa dimension éducative. Bien que l’éducation thérapeutique du patient soit déjà par essence une forme de partenariat, nous en viserons une critique constructive soulignant sa place comme socle d’un partenariat en vue d’optimiser la qualité des soins."

8 octobre, 17h00-19h00
Atelier de réflexion sur la formation initiale en ETP
Modérateur : Benoit Pétré

Cyril Crozet, Laboratoire en Éducations et Pratiques en Santé, UR 3412, Université Sorbonne Paris Nord
Aurore Margat, Laboratoire en Éducations et Pratiques en Santé UR 3412, Université Sorbonne Paris Nord
Benoît Pétré, Département des Sciences de la Santé publique, Université de Liège
Initialement développée en formation continue (FC), l’enseignement de l’éducation thérapeutique du patient (ETP) intègre progressivement la formation initiale (FI). Si des standards de qualité ont été proposés pour la FC en ETP, notamment dans le cadre des fameuses recommandations de l’OMS-Europe (1998), ceux pour la FI n’ont pas été définis. Les conditions d’enseignement sont pourtant différentes (grands groupes, absence d’expérience, motivation limitée pour l’ETP, ...). Dans l’atelier propose, nous livrons à discussion les résultats d’une première étude visant à caractériser les pratiques de formation en ETP en FI, à partir d’une revue de la littérature internationale et du point de vue d’acteurs de l’ETP (atelier réalisé lors du colloque de la SETE en 2019). Nous proposons ensuite aux participants de collaborer sur la mise en route d’une étude de type DELPHI visant à obtenir un consensus autour de recommandations pour l’enseignement de l’ETP en FI. En ce sens, l’atelier proposé se veut participatif.

9 octobre, 15h30-17h30
Neurosciences et ETP
Modérateur : A. Golay

Fonctions exécutives et maladie chroniques
David Naudin, Laboratoire en Éducations et Pratiques en Santé UR 3412, Université Sorbonne Paris Nord/ CFDC AP-HP France
Les fonctions exécutives sont des processus cognitifs qui sont nécessaires pour le contrôle de l’action, de la pensée et des émotions. Ces fonctions exécutives (FE) sont utiles dans le cadre des maladies chroniques car elles permettent au patient de résister aux distractions et aux interférences et de formuler des objectifs et de plans, de s’en souvenir et de les maintenir dans le temps. Elles permettent de planifier une action ou une série d’actions, et de réguler l’action pour atteindre des objectifs. Les travaux actuels en neurosciences et en psychologie montrent le rôle essentiel des fonctions exécutives dans le maintien de la motivation et dans la réflexivité chez les patients. Ces résultats renforcent la conception d’une éducation thérapeutique et du soin destinés non pas à un patient, mais bien à une personne autonome. La notion de personne autonome soutient l’idée d’une véritable capacité de réflexivité des personnes sur leurs propres croyances et désirs dans le but de pouvoir les modifier, les ajuster pour favoriser leur santé. Enfin, ces travaux soulignent le rôle joué par les fonctions exécutives dans la gestion de la charge mentale d’un patient. Cet équilibre de la charge mentale permettrait de mettre la maladie en arrière-plan, maintenir un sentiment de contrôle de la maladie sans qu’il soit prédominant libérant ainsi les fonctions créatrices de toute personne.

Méditer fait du bien au cerveau
Steven Laureys, Département de Neurologie, CHU de Liège
La communication porte sur les effets de la méditation sur notre corps et sur notre esprit. À travers ses recherches sur le cerveau de Matthieu Ricard, il nous montre comment elle stimule le fonctionnement cérébral et le modifie de manière positive. Mais il n’est pas nécessaire d’être moine bouddhiste ou neurologue pour vivre les changements positifs de la méditation. Les bienfaits qui en résultent pour notre santé mentale - moins de stress, un meilleur sommeil, plus de concentration, moins d’anxiété, des effets antidépresseurs et antidouleur... - sont à la portée de chacun d’entre nous. Les perspectives d’utilisation de la méditation pour l’éducation thérapeutique du patient seront discutées lors du débat.

Nous espérons vous retrouver nombreux lors de ces rencontres virtuelles qui, au-delà des objectifs susmentionnés, permettront nous l’espérons de renforcer également la dynamique autour de cette société savante.

A très bientôt,

Benoît Pétré (Dpt des Sc. De la Santé publique, ULiège, BE, & membre du CA de la SETE), Rémi Gagnayre (Laboratoire Pratiques et Educations en Santé, Université Sorbonne Paris Nord, FR & Vice-Président de la SETE), Isabelle Aujoulat (Faculté de Santé publique, Université catholique de Louvain, BE) et Gilliane Guisset (Centre d’Education du Patient, BE) pour le comité organisateur du colloque.

Comité d’organisation
Pr Michèle Guillaume, Département des sciences de la Santé Publique, Université de Liège x M. Benoît Petré, Département des sciences de la Santé Publique, Université de Liège x Pr Rémi Gagnayre Laboratoire Educations et Pratiques de Santé UR 3412-Université Sorbonne Paris Nord- Université Paris 13 x Gilliane Guisset, coordinatrice du
Centre belge d’Education du Patient x Pr Isabelle Aujoulat, Faculté de
Santé publique d’Université catholique de Louvain

Comité Scientifique
Dr Dany Baud (pneumologue - Paris - France) x Dr Jean-David Cohen (Rhumatologue - CHU Montpellier - France) x Pr Alain Deccache (Professeur Emerite de santé publique - Université catholique de Louvain- Belgique) x Pr Rémi Gagnayre (Professeur Sciences de l’Education - Laboratoire Educations et Pratiques de Santé UR 3412- Université Paris 13 - France) x Pr Michèle Guillaume (Professeur de santé publique - Département des sciences de la Santé Publique - Université de Liège- Belgique) x Pr Jean-Marie Krzesinski (Nephrologue - CHU de Liège - Belgique) x Mme Pascale Lafitte (Responsable Unité Transversale d’Education thérapeutique. Hôpital le Montaigu - Astugue - France) x Pr Renaud Louis (Pneumologue - CHU de Liège - Belgique) x M. Benoît Petré, Département des sciences de la Santé Publique, Université de Liège x Dr Xavier de la Tribonnière (Médecin, responsable de l’Unité Transversale d’Education Thérapeutique - CHU Montpellier - France) x Monsieur Bernard VOZ (Département des Sciences de la Santé Publique - Université de Liège)

Sonia (Sete)
 -